Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 06:14

Comme je sens qu'en cette semaine de rentrée certains n'ont pas le moral pour aller travailler, je vous propose aujourd'hui une petite récréation musicale.

Pour me rendre au bureau est une chanson de 1945 dont la musique et les paroles sont de Jean Boyer.

Elle a été notamment reprise par Georges Brassens et Les Ogres de Barback.

Voici la version du groupe Les Petites Bourettes (aujourd'hui renommé
LPB Club pour mieux correspondre à leur nouvelle orientation musicale ). Elle figure sur leur album Comme des Rois.
Le clip est réalisé par Vincent Burgevin.



Pour ceux qui veulent en savoir plus voici les paroles.

Pour Me Rendre à Mon Bureau
(Paroles et Musique de Jean Boyer)


Pour me rendre à mon bureau, j’avais acheté une auto
Une jolie traction avant qui filait comme le vent.
C’était en Juillet 39, je me gonflais comme un bœuf
Dans ma fierté de bourgeois d’avoir une voiture à moi.
Mais vint septembre, et je pars pour la guerre.
Huit mois plus tard, en revenant :
Réquisition de ma onze chevaux légère 
"Nein verboten" provisoirement.

Pour me rendre à mon bureau alors j’achète une moto
Un joli vélomoteur faisant du quarante à l’heure.
A cheval sur mon teuf-teuf je me gonflais comme un bœuf
Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi.
Elle ne consommait presque pas d’essence
Mais presque pas, c’est encore trop.
Voilà qu’on me retire ma licence
J’ai dû revendre ma moto.


Pour me rendre à mon bureau alors j’achète un vélo
Un très joli tout nickelé avec une chaîne et deux clefs.
Monté sur des pneus tous neufs je me gonflais comme un bœuf
Dans ma fierté de bourgeois d’avoir un vélo à moi.
J’en ai eu coup sur coup une douzaine
On me les volait périodiquement.
Comme chacun d’eux valait le prix d’une Citroën
Je fus ruiné très rapidement.


Pour me rendre à mon bureau alors j’ai pris le métro
Ça ne coûte pas très cher et il y fait chaud l’hiver.
Alma, Iéna et Marbœuf je me gonflais comme un bœuf
Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi.
Hélas par économie de lumière
On a fermé bien des stations.
Et puis ce fut, ce fut la ligne tout entière 
Qu’on supprima sans rémission.


Pour me rendre à mon bureau j’ai mis deux bons godillots
Et j’ai fait quatre fois par jour le trajet à pied aller-retour.
Les Tuileries, le Pont Neuf je me gonflais comme un bœuf,
Fier de souffrir de mes cors pour un si joli décor.
Hélas, bientôt, je n’aurai plus de godasses,
Le cordonnier ne ressemelle plus.
Mais en homme prudent et perspicace
Pour l’avenir j’ai tout prévu.

Je vais apprendre demain à me tenir sur les mains
J’irai pas très vite bien sûr mais je n’userai plus de chaussures.
Je verrai le monde de bas en haut c’est peut-être plus rigolo.
Je n’y perdrai rien par surcroît :
Il est pas drôle à l’endroit

Partager cet article

Repost 0
Published by Othom - dans chanson
commenter cet article

commentaires

bunny le chti 05/09/2009 23:37

salut
je te souhaite un bon dimanche

ecureuilbleu 05/09/2009 12:08

Il va bien me falloir ça pour reprendre lundi. Je te rajoute dans mes blogamis car ça fait du bien de venir chez toi !
Bonne journée

Yanik 04/09/2009 18:39

Excellents, clip et chanson. Bonne idée de publier.

qing et rene 04/09/2009 03:07

Bonjour depuis Guangzhou Sud de la chine.
Heureux de vous faire découvrir mon coin de Chine
merci de ton passage et du com
Bonne journée du vendredi
A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com
Qing et rené

clementine 03/09/2009 21:11

bonsoir,
je vous remercie de votre commentaire sur mon blog qui m'a fait très plaisir.
En ce qui concerne votre article très original, je dirai en ayant lu la chanson, n'allons pas au travail, restons chez soi.. lol..
Je vous souhaite une très bonne soirée
Clémentine

Mode d'emploi

Entièrement consacré à l'univers du bureau, "Casual Office" mêle humour, détente et tendances.

voir le post de présentation

Rechercher

Restons en contact

Archives

Catégories